Réalisez des économies d'énergie en isolant mieux votre maison

CHAPITRE 1

Comment éviter les déperditions de chaleur dans une maison ?

isolation de la maison
La toiture, un vrai point faible en matière de déperdition thermique
isolation de la maison

Parce que le chauffage représente plus des ¾ de la consommation énergétique des ménages français, beaucoup cherchent des solutions pour réduire ce poste de dépenses. La tenue d’un diagnostic thermique de la maison peut permettre de mesurer la déperdition de chaleur et de déterminer les actions à mettre en œuvre pour la réduire.

Après avoir procédé au calcul de déperdition thermique, vous êtes en mesure de connaître les éléments sur lesquels des améliorations sont réalisables, afin de pouvoir faire de réelles économies en matière énergétique.

Généralement, le premier réflexe est de s’assurer que l’isolation de la toiture est optimale — étant donné que 30 % de la déperdition de chaleur est liée au toit d’une habitation. Cela s’explique par l’importante surface de contact entre l’intérieur et l’extérieur, mais aussi par le fait que la chaleur a tendance à s’accumuler sous la toiture.

Par conséquent, il faut réaliser une bonne isolation des combles, en ayant recours à un écran de sous-toiture.

Murs et sols, une isolation de qualité s’impose
isolation de la maison

Après la toiture, place à l’isolation de l’appartement ou de la maison, les parois et façades étant responsables de 20 à 30 % de la déperdition thermique d’une habitation.

L’isolation des murs est donc essentielle — que ce soit au niveau des murs donnant sur l’extérieur ou les cloisons séparant les pièces du logement. Ces dernières sont d’ailleurs souvent négligées... Pourtant, une bonne isolation thermique entre deux pièces d’une maison chauffées différemment réduira fortement les transferts de chaleur non justifiés, tout en améliorant l’isolation acoustique.

En parallèle, dès lors qu’un bien immobilier dispose d’un sous-sol, il faut veiller à ce que le froid du sous-sol ne « pénalise » pas la température à l’étage supérieur. Pour cela, une bonne isolation du plancher du rez-de-chaussée est primordiale tout comme une bonne isolation du plafond de la cave. Les déperditions thermiques entre le sous-sol et la partie habitée seront ainsi les plus faibles possibles.

Une bonne isolation des fenêtres, primordiale pour éviter les pertes thermiques
isolation de la maison

Contrairement à ce que beaucoup pensent, les vitrages ne représentent que 15 % de la déperdition de chaleur, et ce pour la simple et bonne raison que la conception des fenêtres a évolué et que certaines offrent aujourd’hui des performances très élevées. C’est entre autres le cas des fenêtres à double vitrage voire même à triple vitrage.

Si vos équipements sont plus anciens et que vous ne désirez pas en changer, sachez que la pose de simples bandes d’isolation thermique de fenêtres vous permettra d’améliorer l’existant et de réduire considérablement la déperdition de chaleur.

Pour éviter la déperdition thermique, le maître mot est l’isolation de la maison. De la toiture aux murs en passant par les fenêtres, tout devra être pensé pour réduire au maximum les transferts de chaleur.

CHAPITRE 2

Vaut-il mieux isoler les murs d’une maison par l’extérieur ou l’intérieur ?

isolation des murs d'une maison
L’isolation par l’extérieur, ultra-performante, mais onéreuse
isolation des murs d'une maison

Afin d’optimiser le niveau de confort thermique d’une maison et de réaliser des économies d’énergie, une bonne isolation est incontournable. Toutefois, deux techniques bien différentes existent : l’isolation thermique par l’extérieur ou par l’intérieur. Mais laquelle faut-il privilégier pour déterminer comment isoler sa maison ?

Encore peu répandue en France, l’isolation extérieure consiste à envelopper le bâti d’un manteau isolant. Autrement dit, il va falloir procéder à l’isolation des murs extérieurs de l’habitation, mais aussi à l’isolation de la toiture par l’extérieur. Pour cette dernière, plusieurs techniques existent telles les caissons chevronnés, le sarking ou encore le recours à un système Integra Reno.

Ici, les avantages et inconvénients d’une isolation par l’extérieur sont nombreux et méritent d’être développés. Tout d’abord, il est bon de savoir que l’isolation extérieure est la solution idéale si l’on se borne à la performance thermique. Autres avantages de cette technique, les travaux peuvent se dérouler sans que les occupants de l’habitation soient contraints de déménager, même temporairement ; et ils n’entraînent aucune diminution de la surface habitable.

En revanche, en choisissant une isolation extérieure de la maison – si et seulement si sa paroi le permet —, divers inconvénients seront au programme : la nécessité de revoir la toiture et de changer certains équipements tels les volets battants, la diminution de la luminosité ou encore l’inesthétisme de l’enveloppe isolante. Mais le plus important reste le budget, ce dernier étant bien plus élevé que pour une isolation intérieure.

L’isolation par l’intérieur, contraignante, mais abordable financièrement
isolation des murs d'une maison

Si lors de travaux de rénovation – hormis ceux concernant une maison dotée d’un important cachet – l’isolation extérieure est généralement choisie, dans le neuf, c’est le plus souvent l’isolation intérieure qui prime.

Il faut dire que l’isolation des murs par l’intérieur est la technique qui permet de réaliser des bâtiments basse consommation au meilleur coût. Qu’elle soit effectuée sous ossature métallique ou par doublage collé, l’isolation des murs intérieurs permet, en tout cas, de réduire les déperditions de chaleur.

Au rang des avantages et inconvénients de l’isolation intérieure, impossible de ne pas citer, d’un côté, le faible budget nécessaire comme principal atout et, de l’autre, les contraintes des travaux comme principal désagrément. La pose de l’isolation impose effectivement de refaire totalement la décoration, tout en contraignant les occupants à quitter les lieux. Sans compter que l’espace habitable sera réduit.

Ces inconvénients seront toutefois compensés par le fait qu’une isolation intérieure apporte un important confort acoustique, à profiter au quotidien.

Isolation extérieure et intérieure ont toutes deux des avantages et des inconvénients : cependant, la première solution est généralement à privilégier lorsqu’il s’agit d’améliorer les performances énergétiques d’un bâti existant. Par contre, dans les constructions neuves, l’isolation intérieure est préférée.

CHAPITRE 3

Quelle rentabilité pour une isolation thermique ?

rentabilité pour une isolation thermique
Isoler une habitation, est-ce utile ? L’investissement dans une isolation extérieure est-il rentable ?
rentabilité pour une isolation thermique

Afin de pouvoir évaluer la rentabilité d’une isolation extérieure, il est primordial qu’un foyer comprenne l’intérêt de cette dernière.

Il est parfaitement impossible d’estimer le retour sur investissement de l’isolation extérieure si vous ne parvenez pas à comprendre qu’elle est la meilleure arme pour lutter contre les déperditions thermiques. Autrement dit, elle doit vous permettre de ne pas avoir trop chaud durant l’été et de ne pas avoir trop froid, en hiver.

Si certains avancent que l’acquisition d’une bonne chaudière peut permettre d’assurer la chaleur de l’habitation à la mauvaise saison et ainsi, se substituer à des travaux d’isolation, c’est qu’ils n’en ont pas réellement compris l’utilité.

La logique de l’isolation est de réduire les déperditions en chaleur ce qui a pour conséquence de diminuer les besoins en chauffage et donc de faire des économies d’énergie. Reste toutefois à savoir si l’amélioration de la performance énergétique d’un logement justifie réellement le coût d’une isolation extérieure.

Avant de se lancer dans de quelconques travaux d’isolation, il est vivement conseillé de faire intervenir un professionnel pour la réalisation d’un diagnostic de performances énergétiques, plus connu sous le nom de DPE. Ainsi, vous aurez une idée précise de la qualité de l’isolation de votre bien et vous pourrez ainsi, savoir si de nettes améliorations sont envisageables ou non.

Sur la base de ces informations, vous pourrez avoir une première idée du possible retour sur investissement d’une isolation extérieure, tout en sachant que le coût de cette dernière est très complexe à déterminer.

En effet, parce que chaque logement est unique, c’est difficile de définir avec précision le budget nécessaire à des travaux d’isolation, celui-ci pouvant varier selon leur ampleur, selon les produits utilisés (laines minérales, synthétiques ou encore végétales), mais aussi selon le professionnel choisi pour mener le chantier.

Pour calculer le coût de l’investissement, il faudra aussi déduire les aides dont vous pourriez bénéficier. À vous de voir ensuite si les bénéfices en économie d’énergie – notamment, la baisse de la consommation électrique — vous permettent d’amortir rapidement l’investissement.

Généralement, la rentabilité d’une isolation extérieure à court terme est discutable, mais sur un référentiel plus long, bien isoler sa maison s’avère un investissement judicieux tant économiquement qu’en vue d’une future vente, les acheteurs accordant un intérêt croissant à l’étiquette DPE (Diagnostic de Performance Energétique) obligatoire sur les annonces immobilières.

Bien que la rentabilité d’une isolation extérieure ne soit pas garantie, conduire des travaux en ce sens semble essentiel pour l’avenir de notre planète. Les économies d’énergie réalisées ne devant surtout pas se résumer à une question de retour sur investissement.

 

 

CHAPITRE 4

Le crédit d’impôt pour l’isolation thermique d’une maison

crédit d’impôt isolation
Les conditions à respecter pour profiter du crédit d’impôt isolation

Parce que le gouvernement français souhaite inciter les ménages à améliorer la qualité environnementale de leur habitation principale, il a mis en place le Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique (CITE). Anciennement baptisé Crédit d’Impôt Développement Durable (CIDD), il permet de réduire la facture relative à la réalisation de travaux d’isolation. Présentation.

Vous souhaitez bénéficier d’une réduction d’impôt pour vos travaux d’isolation, sachez que cela est possible, mais que le logement concerné doit respecter deux conditions :

  • Il doit être votre résidence principale
  • Son achèvement doit remonter à au moins 2 ans

Si ces deux critères sont au rendez-vous, le crédit d’impôt isolation thermique sera accessible pour peu que vous engagiez des travaux visant à accroître la qualité environnementale de votre habitation. Toutefois, dans certains cas, des contraintes supplémentaires pourront conditionner la possibilité de profiter d’une déduction fiscale pour travaux d’isolation.

Par exemple, le crédit d’impôt isolation des combles impose que les travaux soient menés par une entreprise certifiée RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). Il en va de même pour la réalisation de nombreuses autres prestations.

Le CITE est également valable pour l’acquisition de nombreux équipements et matériaux visant à améliorer les performances énergétiques du logement telles certaines chaudières, portes, volets, fenêtres, systèmes de fournitures d’électricité, pompes à chaleur ou encore matériel de calorifugeage…

Toutefois, pour bénéficier d’une réduction d’impôt fenêtre ou relative à un autre type de matériel, l’équipement doit être fourni par une entreprise et doit présenter des caractéristiques techniques et de performance clairement définies. Pensez donc à conserver les factures puisqu’elles pourront vous être demandées en guise de justificatif au moment de la demande du crédit.

 

Le montant du crédit d’impôt isolation extérieure en France

Si les dépenses que vous envisagez de faire pour mieux isoler votre habitation répondent aux conditions que nous venons de présenter, vous pouvez prétendre à un crédit d’impôt isolation. Le montant de ce dernier est alors fixé à 30 % des dépenses exigibles.

Toutefois, la réduction d’impôt isolation est plafonnée sur 5 ans et ne peut excéder un certain montant de dépenses :

  • 8 000 € pour une personne seule
  • 16 000 € pour un couple constituant un seul et unique foyer fiscal

À ce barème, sont à ajouter une majoration de 400 € par personne en charge et 200 € par enfants à résidence alternée.

Enfin, pour être complet, notez que le Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique est cumulable avec l’éco prêt à taux zéro ou les aides de l’ANAH.

Parce que les travaux visant à améliorer les performances énergétiques de l’habitat sont essentiels, l’État prévoit un crédit d’impôt isolation permettant à tous les ménages de profiter d’une déduction fiscale correspondant à 30 % des dépenses effectuées pour lutter contre les déperditions thermiques.

Vous souhaitez nous contacter pour votre projet de travaux ?

Clear insight is essential to make the right decision. Marketers need to pay close attention to their advertising data to build more and more effective strategies, capable of reaching customers with effective, personalized messages.

Contactez-nous